Bois locaux dans la construction

La forêt française présente une grande variété d’essences.

Bien souvent, les possibilités qu’offrent les feuillus et les résineux dans la construction sont méconnues.

Depuis 2010, les professionnels se mobilisent avec le soutien de la Draaf, pour développer l’utilisation des essences locales dans la construction.

Quelles essences pour quels usages ?

tableau_quelle_essence_quel_usage.jpg

Pourquoi utiliser des essences locales ?

Le bois stocke du CO2, il demande peu d’énergie pour sa transformation, permet de concevoir tous types de bâtiments à faible consommation et d’améliorer les performances énergétiques par rénovation des bâtiments anciens.

Entre le bois d’œuvre (sciage), le bois d’industrie (panneau – papier) et le bois énergie, toutes les parties d’un arbre sont valorisées. Pour ces raisons et encore bien d’autres, son utilisation comme matériau de construction et d’isolation, pour l’emballage et pour l’énergie, est en forte augmentation ces dernières années.

Bien souvent les possibilités qu’offrent nos feuillus et nos résineux sont méconnues.

Consulter les caractéristiques des différentes essences locales

Quelles sont les essences locales ?

LE CHÊNE

chene_1.jpg

Aspect
Brun jaunâtre
Légèrement veiné
Fil droitGrain fin à grossier

Classe d’emploi
Sans aubier sans traitement : I, II, III, IV
Avec aubier et traitement adapté : I, II, III, IV

Usage du bois
Le chêne est une essence forestière chargée d’histoire, aux multiples usages, évoluant au gré des besoins des Hommes.Aujourd’hui, son bois de premier choix est utilisé en tonnellerie pour l’élevage des vins ou spiritueux ; en placage ou ébénisterie ;en menuiserie pour la fabrication de parquets et de meubles.Ses qualités secondaires servent à la fabrication de charpentes,de fonds de wagons et de traverses de chemins de fer.Sa durabilité naturelle renforcée par les nouvelles technologies de la 2nde transformation, lui permet de trouver des usages en extérieur (menuiseries, terrasses, bardages…).

 LE CHÂTAIGNIER

chataignier_1.jpg
Aspect

Brun jaunâtre
Légèrement veiné
Fil droit, grain grossier

Classe d’emploi
Sans aubier sans traitement : I, II, III, IV
Avec aubier et traitement adapté : I, II, III, IV

Usage du bois
Le Châtaignier, familièrement surnommé « le chêne du pauvre », ne nous a pas dévoilé tous ses secrets. Sa richesse en tanin en fait un bois particulièrement résistant en extérieur, ce qui lui vaut des emplois spécifiques en : piquets et menuiserie extérieure (bardage). Son aptitude au fendage est utilisée pour la fabrication de bardeaux. Son bois d’œuvre est également très apprécié en charpente et menuiserie intérieure (parquet, escalier, mobilier).

LE PEUPLIER

peuplier_1.jpg

Aspect
Bois clair
Léger
Fibreux

Classe d’emploi
Sans aubier sans traitement : I
Avec aubier et traitement adapté: I, II, II

Usage du bois
Le Peuplier est l’essence emblématique de nos vallées alluviales.
Les caractéristiques de son bois le rendent facile à dérouler, coller, teinter, peindre et clouer ce qui lui confère de multiples usages. Son bois de premier choix est très souvent déroulé pour être reconstitué sous forme de contreplaqué, ouvrant à tous les usages en revêtements intérieurs et extérieurs (cloisons, agencements, habillages…).

Le peuplier est également très utilisé pour la fabrication d’emballages légers (cagettes pour fruits, légumes, fromages, huîtres…) mais aussi pour la caisserie et les emballages industriels.

 LES PINS

pin_1.jpg

Aspect
Rosâtre plus ou moins prononcé
Nettement veiné
Fil droit
Grain moyen à grossier

Classe d’emploi
Sans aubier sans traitement : I, II, III
Avec aubier et traitement adapté : I, II, III, IV

Usage du bois
Le Pin maritime, le Pin Sylvestre et les Pins Laricios sont ici regroupés sous l’appellation Pins.

Première essence résineuse française, les Pins nous prouvent qu’il faut compter avec eux. Les caractéristiques technologiques de son bois le rendent facile à travailler et apte au déroulage, au fraisage, au sciage, à l’aboutage, au collage, aux traitements.

Ce qui lui confère de multiples usages aussi bien en structure (charpente et ossature), qu’en revêtement intérieur et extérieur, et qu’en menuiserie. Ses qualités secondaires sont utilisées en caisserie, pour la fabrication de palette et pour la production de panneaux de particules.

 LE DOUGLAS

douglas_1.jpg

Aspect
Brun rouge plus ou moins prononcé
Nettement veiné
Fil droit
Grain moyen à grossier

Classe d’emploi
Sans aubier sans traitement : I, II, III
Avec aubier et traitement adpaté : I, II, III, IV

Usage du bois
David DOUGLAS, botaniste anglais, introduisait les premières graines en Europe à partir de 1827. A cette époque, il devait être loin de penser à l’essor forestier qu’allait connaître cette essence. Le bois de Douglas offre des caractéristiques technologiques exceptionnelles, particulièrement recherchées pour la charpente et l’ossature bois. Son bois de premier choix est très couru pour les revêtements et menuiseries extérieurs (bardage, terrasse),ainsi que pour les revêtements et menuiseries intérieurs (lambris, parquet, fenêtre).

Consulter la liste des scieurs de la région Pays de la Loire
Retrouvez l’offre produits des scieries françaises

En savoir plus…